Casino belgiqueLe gouvernement Michel souhaiterait augmenter le parc de casinos en Belgique de deux unités. Il trouve un consensus auprès du président du groupement des concessionnaires des casinos belges. Mais ce dernier espère qu’à cette occasion, le changement de loi annoncé contribuera à réformer totalement un secteur quelque peu sinistré.

Le processus d’accord gouvernemental envisage de modifier la loi du 7 mai 1999 dans la perspective d’accroitre la quantité d’établissements de jeux de deux casinos, passant de 9 à 11. C’est surtout la ville d’Anvers qui est directement visée par cette loi du fait de la proximité de la frontière. Cette loi prévoit également d’autoriser les navires de croisière à exploiter le jeu de hasard dans les eaux internationales belges.

Dans le secteur du jeu, la Belgique applique avec plus de sérieux que d’autres pays (France, Pays-bas) les règles anti-blanchiment imposées par l’Europe. En Belgique, une enquête fiscale attend ceux qui jouent d’importantes sommes : le casino belge est obligé de dénoncer ces excès. Ainsi, Outre les professions naturellement interdites (notaires, huissiers, officiers de police ), il y a en Belgique 280 128 interdits de casino.

PFN_FR_EUR_0_200X200_07-Win-InstantlyAprès des licenciements dans ce secteur, deux casinos de plus sont-ils pertinents ?

Selon les propos du président des concessionnaires « Le potentiel existe », mais l’on ne peut concevoir cette augmentation d’établissement sans reconsidérer l’aspect socio-économique du métier : les 9 casinos en activité accusent des pertes. Et le président Emmanuel Mewissen d’ajouter qu’il faut reconsidérer le poids de la fiscalité, comme de la contrainte règlementaire.

La création de deux casinos ne représente pas une menace concurrentielle comme d’ailleurs déjà la surabondance des divers autres jeux (machines à sous, bornes pour paris sportifs) ne l’est pas davantage souligne M. Mewissen. Le plus critiquable en termes de concurrence déloyale reste la loterie nationale. En effet, il existe 6000 librairies dont chacune rapporte jusqu’à 150 000 euros de recette : la loterie nationale est jusqu’à 10 fois plus rentable que le casino. Ces librairies sont assimilables à des salles de jeux ouvertes où, dès 18 ans supposé, aucune pièce d’identité n’est exigée.

Nos tables de jeux sont génératrices d'emploi, mais, malheureusement, surtaxées trois fois plus que les autres jeux.
Le président du groupement des concessionnaires des casinos belges appelle à une modification du paradigme fiscal actuel des casinos à l’occasion de cet élargissement du nombre d’établissements.

(Source: lavenir.net)