Le casino Joa de Gérardmer s’équipe de 5 nouvelles machines à sous

/Le casino Joa de Gérardmer s’équipe de 5 nouvelles machines à sous
casino Joa de Gérardmer

C’est dans la nuit du 06 Avril qu’ont été installées 5 primeurs venant apporter une bouffée de technologie et de modernité au casino gérômois.

Ce « Mix », comme on nomme ce genre d’évènement dans le milieu des casinotiers, a suscité un vif intérêt auprès de la clientèle impatiente qui formait déjà une belle file d’attente à l’ouverture des portes au lendemain de l’opération.

Comme en a témoigné une cliente habituée « si on veut avoir une chance de tester les nouvelles machines, il vaut mieux arriver en avance avant qu’elles ne soient assiégées ».

Ce sont 5 nouvelles opportunités de remporter le Jackpot avec 3 ambiances de jeu différentes : une plongée dans la mythologie Grecque avec 2 machines à sous du nom de Zeus et Kronos ; des « Lightning », machines en vogue à jackpots progressifs, et enfin la coqueluche du lot : la « Good Fortune » qui présente également un concept de jeu novateur.

Pas plus de 93 machines

Il s’agit là d’un simple échange standard visant à remplacer 5 anciennes machines contre 5 de dernière génération, sans dépasser le quota de 93 machines autorisées.

La politique commerciale du groupe de loisirs « Joa », propriétaire du casino de Gérardmer et d’une vingtaine d’autres en France, tend au renouvellement constant des machines à sous. C’est une politique respectée à la lettre par le Directeur Frédéric Remy, gérômois d’origine, qui a fait venir l’année dernière la spectaculaire « Sons of Anarchy », qui n’est ni plus ni moins que la plus grosse machine à sous au monde. C’est évidemment le genre d’attention qui fait le bonheur de la clientèle.

Avec cette nouvelle livraison, ce sont les très en vogue « Lightning » qui devraient être le nouveau centre d’attention du parc de jeux.

Le but étant d’être à la page dans le métier, le renouvellement d’une partie du parc s’effectue régulièrement avec une moyenne de 2 réassorts l’an.

Le coût global de cette opération est estimé à 150.000 euros, soit presque 22.000€ par machine et son logiciel. D’autant plus qu’il a fallu faire appel à une entreprise spécialisée (agréée par le Ministère de l’intérieur conformément à la législation) pour que la mission se réalise de nuit et que les machines puissent être opérationnelles dès 10h00 du matin pour l’ouverture.

Les techniciens de l’entreprise ont également profité de leur passage pour actualiser le système de toutes les machines à sous afin qu’elles acceptent les nouveaux billets de 50 euros mis en circulation ce début Avril. Un avantage de plus pour les prétendants au pactole.

2017-04-19T15:12:40+00:00 mercredi 19 avril 2017|Categories: France|0 Comments

Leave A Comment