Depuis plus de dix ans, les cercles de jeux à Paris ont tous été fermés dû aux jeux douteux et illicites proposés dans ces lieux. Mais les joueurs parisiens pourront commencer l’année du bon pied car depuis le 1er janvier, l’État a annoncé une bonne nouvelle et autorise désormais le lancement des clubs de jeux sur la capitale de l’hexagone. Cependant, ces nouveaux clubs de jeux n’auront pas le même concept que les casinos classiques que les joueurs ont l’habitude de fréquenter. On y proposera les meilleurs jeux, les plus réputés mais cependant, ces clubs devront se passer des machines à sous, des roulettes ou encore du black jack. Ces sous casinos autorisés se baseront sur une nouvelle structure et miseront plutôt sur des jeux comme le poker, le baccara ou le mah-jong.

Le groupe Barrière compte poser sa candidature

Cette nouvelle loi, qui est censée réjouir l’univers des jeux dans la capitale française a l’air de ne pas provoquer le déclic attendu car le cercle reste réduit. Depuis l’annonce de cette autorisation, seuls trois groupes se sont empressés à déposer leur dossier, notamment le groupe Partouche, Tranchant et Raineau. Le groupe Barrière sera donc le suivant à envisager le dépôt de sa candidature pour l’ouverture d’un club de jeux sur Paris. La directrice adjointe de la communication du groupe Barbara Boursier explique que : « Nous allons déposer un dossier de candidature. Nous n’avons pas encore choisi de lieu, plusieurs sont en discussion mais évidemment ce sera sur un axe touristique de la Capitale. ». Cette nouvelle forme que vont prendre les nouveaux établissements de jeux parisiens d’ici quelques semaines n’a pas laissé le groupe Barrière indifférent et l’a incité à tenter l’aventure. Barbara Boursier ajoute qu’il va s’agir d’ « une offre supplémentaire à nos casinos traditionnels ».

La sécurité et la transparence, les mots maîtres des nouveaux clubs de jeux de Paris

Pour éviter les mêmes risques comme ceux que l’on a pu connaître avec les anciens cercles de jeux, ces nouveaux clubs de jeux qui pourront ouvrir leur porte sur la capitale se soucieront principalement de la sécurité et de la transparence des jeux. Ce qui explique la suppression des machines à sous et des roulettes dans les lieux. Un commissaire aux comptes devra donc être présent dans chacun de ces nouveaux clubs comme celui que compte ouvrir le groupe Barrière.