Malik BentalhaIl y a encore 4 ans, Malik Bentalha était méconnu de la scène humoristique française. Mais 2 rencontres catalyseront son ascension et sa reconnaissance, par le public. Gad Elmaleh et Jamel Debbouze, rencontrés dans des circonstances différentes, l’aideront à émerger. C’est le début d’une carrière qui se veut prometteuse…

Les débuts de Malik

Malik Bentalha est le fils d’une Marocaine et d’un algérien. Il représente, à lui seul, tout un symbole, quand on connaît la nature des relations entre ces 2 peuples. Né dans le Gard, il  » entre en scène » en 2010, grâce au spectacle intitulé « Tout sur Jamel ». Celui-ci l’invite, alors, à se produire dans la première partie de son show. Gad Elmaleh, qu’il rencontre de manière fortuite à Montmartre, l’invite à en faire de même. Comme un acteur prodige, Malik Bentalha croise sur son chemin 2 étoiles de la scène humoristique française. Les sentiers de sa carrière se dessinent et s’illuminent, peu à peu ; un peu comme s’ils s’ouvraient, désormais, à tous les possibles…

Bientôt, le retour chez Casino Barrière…

C’est l’une des premières scènes qui l’a vu se produire. Membre de l’équipe de Jean-Marc Morandini, sur Europe 1 (dans Le Grand Direct des Médias), Malik Bentalha présente son « Malik se la raconte ». De l’avis de son auteur, l’œuvre a été mûrie, enrichie et affinée. Ses expériences et son vécu quotidien l’y ont aidée. Pour autant, il ne nie pas intégrer des éléments de l’instant, au moment même où il se produit. Impliquer le public, le faire réagir, tel sont les « secrets » de Malik. Affable à souhait, le jeune humoriste dit, ironiquement, avoir contribué au Printemps arable : « C’est mon sketch qui a déclenché les évènements (ndlr : à propos des soulèvements populaires au Maghreb)».

Malik, continuera-t-il à se la raconter dans les années à avenir ?

D'emblée, l’humoriste répond oui. Les projets bourgeonnent dans sa tête. Début 2015 déjà, un documentaire consacré à son parcours sera diffusé su W9. Il sera précédé, en fin 2014, par la sortie du DVD de « Malik se la joue », suivi de trois semaines de spectacles au Bataclan.