Dans le Casino Partouche de Cannes autrefois nommé le Palm, deux dirigeants ont été soupçonnés d’avoir mis en œuvre un système de sous-déclaration des mises de parties de poker et ont par la suite été mis en examen. La justice pressent que ces deux dirigeants ont abusé de bien sociaux et se sont emparés de mises de poker. Xavier Tarabeux, procureur de la République de Marseille a fait part que cette mise en examen pour l’enquête sur le blanchiment d’argent dans le casino s’est déroulée dans la nuit du lundi 12 mars à mardi.

Une caution qui s’élève à 30 000 euros

Les policiers du Service central des courses et jeux ont convoqué le président de l’établissement de jeux et le directeur général dans la nuit du samedi à dimanche. L’enquête a donc été ouverte sur le « blanchiment de fraude fiscale ». Les deux dirigeants ont ensuite été placés sous contrôle judiciaire et ces derniers seront dans l’obligation de quitter leur fonction au sein de l’établissement de jeux. Mais en plus de cela, ces derniers devront aussi verser une caution qui s’élève à 30 000 euros. Deux joueurs ont également été mis en examen pour complicité et recel d’abus de biens sociaux.

Mise en examen de deux joueurs

Ces deux joueurs mis en examen ont aussi été placés sous contrôle judiciaire. Ils ne pourront se rendre ni dans des casinos ni dans des cercles de jeux et doivent impérativement régler des cautions de 20 000 et 4 000 euros. Cependant deux autres personnes en garde à vue ont pu ressortir libres du bureau du magistrat.

Ces hommes ont été auteurs de trucage durant plusieurs parties de poker. Et cela dure déjà depuis au moins un an et demi que ces derniers ont déclaré officiellement un montant très inférieur à la somme jouée durant ces parties soit un blanchiment de fraude fiscale. Et d’après les informations reçues, la somme déclarée était même quelquefois 20 fois inférieure au montant joué. Une sous déclaration non négligeable qui sous-entend que les dirigeants ont touché une bonne partie des commissions.

L’établissement a cependant rassuré ses clients mardi, avant d’ouvrir les portes. Le groupe a garanti « être en conformité avec la loi et tout particulièrement en matière de réglementation des jeux et de lutte contre le blanchiment ».