Depuis 2009, le taux de chômage est impacté avec la période de la pandémie qui creuse l’écart avec l’augmentation de 2,7 % dans la ville de Macao où de nombreuses entreprises sont contraintes de cesser leurs activités.

Macao est le plus grand centre de jeu au monde et le seul endroit en Chine où le jeu est légal. Les casinos représentent plus de la moitié du PIB de la ville et emploient près d’un cinquième de la population active.

Les rapports des revenus mensuels liés aux casinos montrent un terrible résultat en baisse avoisinant les 68 % en glissement annuel pour atteindre 3.3 milliards de patacas. En comparaison, avec près de 26 milliards de patacas en mai 2019. Le gouvernement affirme une situation compliquée et conflictuelle envisageable à Macao avec un déséquilibre de protection et de sécurité.

Alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 à Macao continue d’augmenter, le Bureau d’inspection et de coordination des jeux (DICJ) de la Région administrative spéciale (RAS) a demandé aux exploitants de casinos de réduire le nombre d’employés dans les salles de jeux et d’améliorer les procédures de test et de protection.

En raison de la pandémie, l’industrie a déjà subi des pertes importantes ces dernières années. Une baisse de 80 % est visible sur le taux de visite par rapport à la même période en 2019. Les revenus sont directement impactés par le taux de visite affaibli.
Les casinos de Macao sont majoritairement fréquentés par les habitants de la Chine continentale qui subissent un nouveau pic depuis mi-juin et les autorités ordonnent une politique « Zéro COVID » visant à tester en masse pour éviter la fermeture des casinos.
De plus, le gouvernement exige des casinos d’empêcher toute procédure de licenciement en proposant des alternatives de congés sans solde, ou des primes d’actions pour éviter d’être à perte.

« Nous sommes la ville la plus dépendante du tourisme au monde. Bien sûr, nous n’avions pas d’autres industries sur lesquelles nous pouvions nous reposer », déclare Glenn McCartney, professeur à l’Université de Macao.

Le fonds monétaire international (FMI) affirme qu’il faudrait plusieurs années pour retrouver le niveau de l’économie de Macao d’avant la pandémie.