Des précautions seront prises le plus tôt possible pour lutter contre le blanchiment d’argent dans les casinos de Colombie-Britannique. Il va s’agir de renforcer la surveillance et la transparence des jeux, particulièrement dans les casinos de Vancouver et de la vallée du Fraser.

Des mesures imposées par Peter German

C’est suite à une enquête menée par Peter German, ancien sous-commissaire de la GRC et du service correctionnel du Canada, nommé par le procureur général David Eby, que cette décision de mettre en place des mesures précises a été prise afin de lutter contre le blanchiment d’argent dans les jeux de hasard. Cette étude a pu démontrer que des activités illégales étaient pratiquées dans certains casinos de la province. Notamment, un accord de 13,5 millions de dollars en argent comptant dans un mois dans le casino River Rock. Ce qui a révélé des doutes chez la police, considérant ce gros montant comme fruit d’activités criminelles. Les changements ont donc dû être imposés pour y remédier.

Deux solutions naissent suite à cette enquête

Pendant que l’enquête reste encore ouverte, des précautions ont cependant été prises pour éviter des cas de blanchiment dans le secteur des jeux d’argent. C’est le mardi 5 décembre que deux solutions ont été annoncées pour ce faire.

D’un côté, la première recommandation vise à imposer aux casinos de déclarer la provenance de l’argent pour une grosse somme égale ou excédant les 10 000 $ que ces derniers ont reçus en espèce. Dans cette déclaration, le casino en question devra fournir le nom du client d’où provient l’argent, avec son institution financière pour pouvoir évaluer la capacité financière par rapport à cette somme, et enfin le compte de provenance de l’argent.

La seconde solution consistera à faire surveiller les casinos de plus grande surface avec des volumes de jeux plus importants par des inspecteurs gouvernementaux. Cela va permettre une transparence et un suivi de près des déroulements des jeux dans ces casinos.

Le procureur général David Eby a d’ailleurs garanti qu’il se chargera de mettre en place sur les lieux un inspecteur qui sera disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Mais ce sujet n’en restera pas là car un rapport final sera dévoilé le 31 mars. Ce dernier mentionnera d’autres recommandations précises à mettre en place pour renforcer les mesures déjà fixées pour réduire ces risques de blanchiment d’argent.