Les risques de fraudes dans les établissements de jeux ne seront jamais nuls même si les casinos mettent en place des dispositifs de sécurité optimaux et prennent les précautions nécessaires pour éviter les triches. C’est d’ailleurs le cas de ces hommes qui ont fini par être condamné suite à des tentatives de fraudes au Bad Beat Jackpot.

Arrestation de deux hommes à Jefferson Parish

Pour faire franchir le Bad Beat Jackpot à 166 000 dollars, deux hommes ont mis en œuvre un trucage de l’ordre du jeu dans un casino de la Nouvelle-Orléans aux États-Unis. Ces derniers ont fini par périr en prison à cause de cette fraude. D’après les informations reçues, c’est le croupier Solomon du casino lui-même, âgé de 66 ans qui était complice avec son ami Foret de 51 ans. Ils ont fait en sorte de préparer les cartes pour toucher un gros gain. Le croupier a fait « deux fausses coupes » pour que son complice ait la main perdante, un gain généralement estimé entre 40 et 50% du Bad Beat Jackpot, soit une somme de 66 000$ minimum. Cependant, la somme qu’a dû gagner le tricheur n’a pas été octroyée suite à ces suspicions de fraude.

D’après le journal New Orleans Advocate, c’est le croupier lui-même qui s’est rendu au poste de police car les vidéos de surveillance l’ont surpris en pleine action. Ce qui explique d’ailleurs l’arrestation de Dale Foret, son complice. La police a affirmé que les deux complices se sont communiqués avant et après la partie de poker.

Les coupables risquent donc plusieurs années de prison et sont accusés de vol et tentative de vol de plus de 25 000 $.

Un Bad Beat Jackpot excédant le million de dollars au Canada

Le staff du casino est resté perplexe devant ce Bad Beat Jackpot dépassant le million de dollars. Ils sont donc restés méfiants et ont procédé à une révision de la main avant d’alerter les inspecteurs d’une possibilité d’infraction par les employés de l’établissement. Le casino n’a pas été précisé par les autorités mais d’après Card Player, cette infraction s’est déroulée dans le Boomtown Casino de la Nouvelle-Orléans. Une enquête a donc été ouverte le 19 janvier, deux hommes sont les responsables de cette fraude et sont aujourd’hui en détention provisoire depuis le 9 février.