Les machines à sous mobiles sont très attractives et incitent les joueurs à miser davantage. C’est d’ailleurs le cas d’un joueur dans le casino de Bakorobabougou qui y a dépensé 30 000 F CFA en une journée. Très contrarié d’avoir perdu sa fortune, le joueur a fait une réclamation et a demandé à ce qu’on lui restitue la moitié de l’argent, mais le propriétaire du casino a évidemment refusé. Le joueur revient alors escorté de ses deux amis pendant la soirée pour renouveler sa demande, mais en vain, le propriétaire est resté catégorique. C’est ensuite que le drame s’est produit car l’ami du joueur a fini par tuer le propriétaire du casino suite à son refus.

Une tragédie qui a poussé la police nationale à prendre une décision ferme

Suite à cette tragédie, le commissaire principal et son adjoint sont venus au casino pour faire un constat sur cet événement dramatique. Et d’ailleurs, cela les a poussé à prendre une décision ferme concernant les jeux illicites car depuis, plusieurs machines ont été confisquées par les agents mobilisés et cette opération se poursuivra partout sur Bamako. « L’instruction a été donné par la direction générale de la police nationale. Les propriétaires de machines interpellés sont déférés devant les procureurs des différents tribunaux ».

Une machine attrayante qui sera bientôt démodé ?

Ces machines à sous mobiles sont constituées d’un tableau doté de 8 icônes dont la girafe, le chimpanzé, le cheval, la panthère, le lion, le lapin, le bébé et le buffle. Les addicts aux jeux ont tendance à dépenser une somme excédant leur capacité financière et ne s’en rendent compte que lorsqu’ils perdent. Certains trouvent même le courage de retenter leur chance après une grosse perte dans l’espoir de faire tourner la chance et gagner le jackpot. Ces machines à sous se basent sur une mise très simple : on place une pièce dans la machine tout en posant le doigt sur une icône afin d’apercevoir le gain affiché par le tableau. Un concept qui peut inciter les joueurs accros à miser davantage sans être conscient de la somme dépensée qui s’accumule au fur et à mesure. L’addiction peut donc devenir très grave et finir par une tragédie comme celle qui s’est déroulée récemment au casino de Bakorobabougou.