Casino illégal QuébecLancé en 2010 par Loto-Québec, le site de jeux en ligne Espacejeux a été créé dans le but de rassembler les addicts aux jeux en ligne qui jouaient sur des casinos virtuels illégaux, afin de leur assurer un accès à un site de jeux en ligne légal, et disposant d’un « encadrement ».

Et aujourd’hui, il semblerait que Québec veuille bannir les sites illégaux ou clandestins de jeu en ligne privés en changeant la Loi sur la Protection du Consommateur. Mais pourquoi une telle hâte, alors que le projet de crédit à la consommation, lui, stagne depuis plus de quatre ans à l’Assemblé nationale ?

Le casino en ligne illégal, la bête noire qui fait de l’ombre à l’Etat

Avec le développement d’internet et des jeux en ligne sont nés de nombreux casino en ligne illégaux, qui mettent en danger le consommateur face à un risque de surendettement et un non-encadrement, mais qui font également perdre beaucoup d’argent à l’Etat. C’est ainsi que sont nées des mesures telles que le blocage des sites privés de jeux en ligne par les FAI, ou la création du site de jeu en ligne Espacejeux. Mais est-ce réellement suffisant ? Car malgré ces mesures, peu de choses ont changées. En effet, le site recense approximativement 16 000 clients par an, contre les 90 000 québécois qui fréquentent plus de 2000 casinos illégaux en ligne. Parce que la principale limite à laquelle se retrouvent confrontés les joueurs, c’est la frontière de jeu instaurée par le Code Criminel qui ne les autorise à jouer qu’avec des joueurs canadiens, alors que ces derniers tendent à fréquenter des joueurs de tous horizons.

Une nouvelle stratégie pour reconquérir les joueurs en ligne

Afin de récupérer une bonne part de marché et des revenus à la hauteur de ses attentes, Loto-Québec souhaite mettre en place une nouvelle stratégie qui viserait à récupérer plus de 27 millions entre 2017 et 2018. Ainsi, des partenariats entre certains exploitants privés et Loto-Québec pourraient être mis en place, ce qui permettrait aux joueurs en ligne de se rendre sur des sites privés réglementés via Espacejeux. Ce qui impliquerait également que tous les casinos en ligne illégaux seraient banni. Mais dans les faits, le Code Criminel n’est pas si simple, et c’est pourquoi Loto-Québec demande directement aux FAI de bloquer ses concurrents directs, chose pas si aisée puisque l’article 36 de la loi sur les télécommunications interdit aux FAI de régir ou d’influencer le contenu des sites internet. Un véritable casse-tête qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre !