Pour promouvoir la nouvelle loi sur les jeux d’argent en Suisse et obtenir un maximum de « oui », dont le vote est prévu en juin, les casinos et loteries ont envisagé de faire un investissement de 3 millions. Cette nouvelle loi a été proposée par le Conseil fédéral, et apparemment, les établissements de jeux d’argent sont prêts à tout pour son acceptation !

Un budget de campagne énorme

Le vote est prévu pour le 10 Juin en Suisse et pour que cette loi soit validée, les établissements de jeux se sont rapprochés. En effet, cette merveilleuse somme de 3 millions de francs a été préparée par ces casinos et loteries comme budget de campagne. 21 casinos de Suisse s’y sont mis, avec la Loterie romande, Swisslos la loterie alémanique et tessinoise et enfin le Sport-Toto. Mais cela pourrait poser un souci car ces entités doivent reverser leurs gains en faveur des collectivités publiques.

Cependant, Jean-Luc Moner-Banet, directeur de la Loterie romande, tient à se justifier. D’après ce dernier c’est à partir des réserves de produits immobiliers du Sport-Toto que les loteries ont pu participer à cette action. Ce qui implique donc que ce dévouement ne devra pas affecter la redistribution à l’utilité publique « qui touchera autant d’argent que d’habitude ». D’ailleurs, la Commission des loteries et paris intercantonale a jugé ce procédé légal.

De l’autre côté, le budget des opposants n’est que d’1 million de francs

Si les casinos et loteries qui sont pour la loi ont mis de côté un budget qui s’élève à 3 millions de francs, ceux qui s’y opposent n’ont réuni que le tiers de ce budget. Près d’un demi-million de francs a été offert par des sociétés étrangères de jeux d’argent afin que les opposants puissent récolter des signatures. Ces opposants ont affirmé que l’argent réuni, soit le million de francs, a été récolté grâce à des associations et firmes suisses et du crowdfunding.

Cette loi va autoriser les casinos suisses à proposer des jeux d’argent en ligne si elle sera votée. Mais cela ne va pas permettre aux fournisseurs étrangers de jeux d’argent d’intégrer le marché sur internet. Tout simplement dans le but de protéger les joueurs mais aussi pour privilégier les exploitants légaux basés dans le pays. Les opposants considèrent cette loi comme une menace à la liberté économique et d’information.